Les mutilations sexuelles féminines sont une violation des droits humains...

Les mutilations sexuelles féminines violent toute une série des principes, normes et règles relatifs aux droits humains qui sont bien établis, et notamment les principes :

  • d’égalité et de non-discrimination en raison du sexe,
  • du droit à la vie lorsque l’intervention entraîne la mort,
  • et du droit de ne pas être soumis à la torture ni à des traitements cruels, inhumains ou dégradants...

Il s’agit d’une forme de violence à l’encontre des filles et des femmes, ayant des conséquences physiques et psychologiques.

Source : Déclaration interinstitutions « Éliminer les mutilations sexuelles féminines », adoptée en 2008 par l’OMS, HCDH, ONUSIDA, PNUD, UNCEA UNESCO, UNFPA, UNHCR, UNICEF, UNIFEM (pages 9 et 36) :
http://www.who.int/reproductivehealth/publications/fgm/9789241596442/fr/

Constat dans le monde

On estime à 200 millions le nombre de filles et de femmes ayant subi une forme de mutilation sexuelle. (1)

  • 68 millions de filles risquent d’être excisées entre 2015 et 2030 à travers le monde.(2)
  • Chaque année, 3 millions de filles, pour la majorité de moins de 15 ans, risquent d’être soumises à la pratique.(1)
  • 2/3 des femmes et des hommes des pays où les MGF sont pratiquées sont contre cette pratique.(2)
  • L’Organisation mondiale de la santé estime que 180.000 filles vivant dans l’UE risqueraient chaque année d’être excisées, notamment lors de leur retour dans les pays d’origine où la pratique se perpétue.(1)
  • Répandue dans 30 pays d’Afrique et dans quelques pays d’Asie et du Moyen-Orient, cette pratique est désormais présente partout sur la planète en raison des migrations internationales.(4)

Sources :
1. www.excisionparlonsen.org
2. UNICEF : Mutilations génitales féminines / excision (2013)
3. UNFPA : Bending the curve FGM trends we aim to change (2018)
4. OMS : Lignes directrices de l’OMS sur la prise en charge des complications des mutilations sexuelles féminines (2016)

L'engagement de la Ville du Luxembourg

Depuis 2011, la Ville de Luxembourg s’engage pour la lutte contre les mutilations génitales féminines en soutenant des actions de sensibilisation en collaboration avec diverses associations actives dans le domaine.

  • Dans le cadre de son plan d’action communal de l’égalité des chances 2019 – 2022, approuvé par le Conseil Communal en date du 19 novembre 2018 la VDL s’est fixé comme objectif d’organiser ou de soutenir annuellement une action de sensibilisation dans le domaine de la mutilation génitale féminine.

Les actions PADEM en Afrique

La loi sénégalaise interdit l’excision depuis 1999, mais elle est rarement appliquée. On compte 38 % de prévalence des mutilations génitales féminines dans la région de Matam, au Sénégal.

  • Depuis 2017, 2 projets réalisés avec l’aide du Ministère des Affaires Etrangères.
  • 25 points d’écoute et 25 comités de veille et de protection de l’enfance dans 25 villages.
  • 200 leaders communautaires et 100 autorités locales formés aux droits des enfants.
  • 60 exciseuses reconverties.
  • Prise en charge des victimes, aide psychologique, suivi médical, éducation.
  • Travail de prévention à destination des parents de filles non excisées.

Les actions FFL en Afrique

En 2019, sur l’ensemble des projets de lutte contre les MGF au Mali et au Burkina Faso, 91 femmes ont bénéficié d’une réparation chirurgicale.

  • Une approche communautaire participative.
  • 2 projets de lutte contre les MGF : au Mali et au Burkina Faso.
  • 85,2 % des femmes maliennes sont excisées.
  • 1 loi burkinabée réprimant les MGF depuis 1996.
  • 7.362 burkinabés ont été sensibilisés dans 53 villages, grâce aux séances de sensibilisation de 2018.
  • 25 agents de santé ont été formés à la collecte de données au Burkina Faso, en 2019.

Témoignages

  • “ Je suis née en voyant ma mère le faire [l’excision]. ”
    On vit dans un village Peul et on croyait que, si une femme n’est pas excisée, elle ne sera pas pure, elle ne pourra pas prier, ni même aller au marché. Moi aussi j’ai commencé à exciser, jusqu’au jour où j’ai eu des complications avec une fille, la plus faible, la plus petite. Après l’avoir excisée, tout se passait bien, jusqu’au moment où elle commença à saigner. À saigner énormément. J’étais dépassée. Je savais que j’en étais la cause.

    Aujourd’hui je suis Badiénou Gox [marraine de quartier en charge notamment de la promotion de la santé materno-infantile], j’ai arrêté d’exciser, et j’invite toute femme et maman d’arrêter cette pratique néfaste, et je vais continuer de porter ce plaidoyer.

    RABIATOU
    Ancienne exciseuse
  • Avoir un réel impact sur les populations cibles dans un tel projet est un réel challenge. Il est toujours plus facile de hurler au loup que de trouver la distance nécessaire pour concrètement poser des actions, sans heurter, sans brusquer, sans forcer.

    Mais convaincre, donner des explications, des raisons médicales, scientifiques, ancrer un changement à venir durable dans les communautés, au niveau de l’école même, en misant sur les générations futures, c’est faire montre d’une véritable intelligence et d’une salutaire clairvoyance, en cela je remercie notre partenaire Jeunesse et Développement.

    MAGALI
    Fondatrice et administratrice déléguée, PADEM
  • Nous étions 7 fillettes à être excisées le même jour. Trois d’entre nous ont beaucoup saigné et j‘en faisais partie. Après m’être mariée à 20 ans, souvent je me cachais dans la cuisine, derrière les sacs et balcons, pour que mon mari ne me trouve pas, tellement les rapports conjugaux étaient douloureux. Malgré cette difficulté, je suis tombée enceinte d’un petit garçon dont l’accouchement a été très difficile et a duré des heures et des heures. Quand moi-même j’étais exciseuse, j’ai participé aux séances d’animation et de projection vidéo de COFESFA, et j’ai compris que mon mal était lié à l’excision. J’ai décidé d’abandonner la pratique. J’invite tout le monde à arrêter l’excision, compte tenu de toutes les souffrances qu’elle apporte aux femmes.

    SADIA
    Exciseuse excisée reconvertie
  • Je suis une victime de l’excision. J’ai accouché d’un enfant mort-né à cause des conséquences de l’excision sur mon corps. Après mon traitement qui a coûté très cher à mon mari, j’ai eu quatre enfants. Si mes parents avaient su que ma maladie était liée à l’excision, ils ne m’auraient certainement pas fait subir la pratique. L’appel que j’ai à lancer aujourd’hui, est que : « je ne ferai plus exciser mes filles, et je me battrai pour que mes filles fassent de même pour leurs enfants ».

    KADIA
    Bénéficiaire

S'informer et agir

« Fuir l’excision : parcours de femmes réfugiées »

Photoreportage par Anaïs Pachabézian
https://information.tv5monde.com/terriennes/echapper-l-excision-101887

Sous l’objectif d’Anaïs Pachabézian, trois femmes racontent leur parcours, leurs souffrances, leurs victoires. Conçu comme un hommage au courage de ces combattantes, cette exposition itinérante vise également à sensibiliser le visiteur aux problématiques de l’asile et l’excision.

« In the name of your daughter »

Film documentaire réalisé par Giselle Portenier dans des communautés nord de la Tanzanie pendant les vacances scolaires en décembre, la “saison de l’excision”. Ce film raconte le courage de Rhobi Samwelly qui voyage à travers le pays pour lutter contre cette tradition et protéger ces jeunes filles. https://inthenameofyourdaughterfilm.com/

« Diaratou face à la tradition »

BD écrite par Theunen et dessinée par El Hadji Sidy Ndiaye

Fournir un outil pédagogique adapté aux élèves de fin primaire-début secondaire que les enseignant-e-s ainsi que les professionnel-le-s de la santé puissent utiliser dans le cadre de leur(s) activité(s).

UEFGM (United to End Female Genital Mutilations)

Plateforme européenne de formation en ligne

Lancée en février 2017, UEFGM est une plateforme de formation en ligne sur les mutilations sexuelles féminines, disponible gratuitement et dans 9 langues. Elle vise à former les professionnel-le-s en contact avec des femmes et des filles excisées ou à risque :

Alerte-Excision.org

Site internet permettant d’avoir instantanément accès à l’information de base sur l’excision et de répondre aux questions souvent posées et d’accéder aux numéros et aux outils pour alerter sur une situation préoccupante. Un test évaluant le risque pour soi-même ou pour une connaissance est également disponible : http://www.alerte-excision.org/quizz

Jean-Paul Sartre

"Parler c'est agir"

Outre le fait que cela constitue une atteinte à leurs droits, cette pratique engendre des conséquences graves pour l’intégrité physique et la santé des femmes et filles concernées. Cette pratique est ancrée dans la communauté et dans les coutumes.

Mais être informé(e) et en parler autour de soi c’est déjà agir pour l’intégrité physique de ces femmes.

Partager

Cette pratique engendre des conséquences graves pour l’intégrité physique et la santé des femmes et filles concernées. Faisons le savoir !

Soutenir

Tout ceci n’est jamais possible sans vous. Grâce à votre soutien, votre bienveillance et votre générosité, nous sommes en mesure de soutenir ces projets et d’avoir un impact positif sur la vie de milliers de jeunes filles et femmes.

Du fond du cœur, merci. ❤